Que faut-il savoir sur l’hypogammaglobulinémie modérée ?

L’hypogammaglobulinémie modérée : que savoir ?

Le système immunitaire représente l’ensemble des cellules qui assurent la défense de l’organisme contre les agressions microbiennes extérieures. Les gammaglobulines sont des protéines dans le sang qui jouent un rôle important dans le fonctionnement de ce système. Lorsque le taux des gammaglobulines dans le sang baisse, le système immunitaire devient vulnérable et est exposé à des infections qui peuvent lui être fatales. Que convient-il donc de faire pour prévenir et traiter l’hypogammaglobulinémie modérée ?

Pourquoi les gammaglobulines baissent ?

L’idéale est de toujours maintenir un taux équilibré des gammaglobulines. Mais malheureusement, certains facteurs peuvent déstabiliser cet équilibre. Le taux normal de gammaglobulines est compris entre 8 et 16 g par litre de sang. Entre 8 g et 5 g par litre de sang, on parle d’hypogammaglobulinémie modéré. En dessous de 5 g par litre de sang, la situation est critique. Plusieurs causes peuvent être à la base d’une baisse de gammaglobulines.  

Un déficit génétique

La première raison pour laquelle les gammaglobulines baissent, est liée à une anomalie génétique. On parle de déficit immunitaire primitif. Ce déficit peut être causé par une mutation du génome. Il se détecte très rarement à la naissance. Le plus souvent, c’est à l’âge adulte que le constat se fait et le diagnostic se pose.

Les maladies auto-immunes

Les maladies auto-immunes peuvent, grâce à leur nature et leur action, empêcher la production de gammaglobulines. Il s’agit par exemple de la maladie de Burton ou encore de la maladie de Kuching. Ces maladies ne pouvant être soignées définitivement, les personnes malades sont soumises à un apport régulier d’immunoglobulines pour assurer le bon fonctionnement de leur système immunitaire.

Une forte dénutrition 

L’importance de l’alimentation pour le maintien d’une bonne santé n’est plus à démontrer. Il est donc naturel qu’un mauvais apport de nutriments dans l’organisme ne puisse qu’entrainer une faiblesse du système immunitaire. On observe ainsi de l’hypogammaglobulinémie chez les enfants souffrants de malnutrition sévère ou encore chez les personnes atteintes d’anorexie.

Les effets secondaires de certains médicaments

La prise d’immunosuppresseurs, d’antiépileptiques peut agir sur le taux de ces protéines. La chimiothérapie est également connue pour avoir des effets secondaires qui déstabilisent le taux de gammaglobulines. Il est important de retenir que l’hypogammaglobulinémie peut-être aussi le signe avant-coureur d’une maladie grave du foie ou des reins

Hypogammaglobulinémie modérée

Quels sont les symptômes de l’hypogammaglobulinémie modérée ?

Les personnes atteintes d’hypogammaglobulinémie modérée tombent très vite malades. Le froid, la poussière, les microbes sont des agents agresseurs qui les affectent facilement. Ainsi, les symptômes liés à ce déficit sont :

  • des infections des sinus et des poumons à répétitions,
  • une toux agressive qui peut être sanglante,
  • des douleurs au ventre,
  • des diarrhées,
  • des coups de fatigue intense,
  • des difficultés respiratoires.

Quel traitement pour une hypogammaglobulinémie modérée ?

Le traitement de l’hypogammaglobulinémie modérée vise en premier lieu le maintien en bonne santé du malade. En effet, les personnes atteintes de la forme modérée de ce mal-être sont vulnérables. Il est donc important de traiter les possibles infections présentes par des antibiotiques efficaces.

La personne à même de poser le diagnostic adéquat est le médecin. C’est encore lui qui pourra soumettre la personne atteinte d’hypogammaglobulinémie à une supplémentation en immoglobuline si la cause de son déficit est une maladie auto-immune.

Il est possible de vivre correctement avec de l’hypogammaglobulinémie modérée si les précautions sont prises à temps pour éviter une aggravation de la situation. 

Articles similaires

4/5 - (1 vote)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.